Rectification à propos de mon coup de gueule sur le scanner

bon jour tout le monde !
11ème scanner check !😜 1ère fois que j’ai la nausée ! 😫Bon pas grave ! Un petit ras le bol peut-être, un rejet des rayons ?? c’est vrai que même si c’est la seule façon de savoir,  un peu le ras le bol parfois  de ces injections, rayons depuis 2ans et demi ! entre les radios, scanners, IRM et petscan je suis comme dirait la chanson radio-active !

Je pourrai décorer ma chambre voir même 2 pièces de clichés !

Comme d’hab j’irai le chercher le plus tard possible pour ne pas être tentée de le regarder et le mettrai dans un tiroir jusqu’au petscan et rdv avec l’onco ! On est trop tenté d’interpréter mal et se faire des frayeurs pour rien parfois !🙄
Pas besoin de çà en plus, non ?

Petite rectification concernant mon coup de gueule récent sur les produits scanner : la manipulatrice m’a finalement précisé qu’aucun ne comprenait le rajout pour le cathéter demandé (vous savez celui qu’on paye 4/5E) et que la pharmacienne l’avait oublié

Alors pour info, on vous demande d’en acheter un à chaque fois mais finalement là je ne l’avais pas on m’a rien dit : ils en ont d’avance et je peux vous dire en masse !!
Est ce encore une fois normal qu’on vous oblige à en acheter un !!! 🤔🤔🤔
Par ailleurs, sachez aussi qu’ils n’utilisent pas forcément le produit que vous avez amené : çà sert de roulement apparemment !
et bien j’en apprends au bout de 2ans et demi !

Prochaine étape :

Publicités

LE PLAISIR DE VIVRE

 

le plaisir de vivre

Bon jour tout le monde !

Nouveau coup de cœur dans mes lectures. Le livre qu’elle a écrit auparavant est bien plus connu : AIE MES AIEUX vendus en 350 000 exemplaires vous l’avez lu ? Moi pas encore ! Son auteur est Anne ANCELLIN SCHUTZENBERG, psychologue, psychothérapeute et professeur à l’Université de Sophia Antipolis à Nice où elle a dirigé pendant 20 ans, le laboratoire de psychologie sociale.

Dans ses livres précédents :  « Aie mes aïeux » et « Psychogénéalogie : guérir les blessures familiales et se retrouver soi » elle écrit surtout sur sa spécialité la psychogénéalogie. Cela peut intéresser certains !

Mais aujourd’hui, j’ai choisi de faire un article sur son livre « LE PLAISIR DE VIVRE » (rien que le titre, cela donne envie non ?) écrit en 2009 alors qu’elle avait 91 ans ! Oui parce que cette grande dame vient à peine de rejoindre ses aïeux à l’aube de ses 99 ans ! Pour vous dire qu’elle en a vécu des choses et vu le monde changer !

Anne-Ancelin-Scutzenberger_WEB

Son livre nous invite tout d’abord à être davantage attentif aux « heureux hasard ». Faire l’expérience de la sérendipité qesako ?  c’est à dire savoir saisir pour soi même ce qui survient comme une chance : une rencontre qui vous mène à un travail que vous rêviez, ou même renverse une situation que vous souhaitiez quitter ! Mais pour cela il faut être attentif, curieux.

Elle explique  joliment la sérendipité au travers de l’histoire des princes de Serendip mais aussi en nous évoquant des passages de sa vie où cette ouverture d’esprit l’a permise de devenir ce qu’elle est devenue.

Mais la sérendipité ne suffit pas , il faut aussi avoir  le plaisir de vivre : comme entre autres, celui de s’offrir 4 petits plaisirs par jour rien que pour vous . Essayez de faire le bilan à la fin de la journée et vous verrez qu’on est souvent loin du compte ! Et pourtant qu’est ce que 4 petits plaisirs  pour soi ? D’ailleurs, la guérison passe aussi par là ! J’en parle assez dans mes précédents articles et finalement de lire cela d’une psychologue de renom m’a rassurée pour mon avenir ! Je suis peut-être sur la bonne voie de guérison !!!  IL FAUT VIVRE ENFIN POUR SOI ! Pour vous dire, elle nous donne même le droit d’ingratitude ! Je ne vous en dis pas plus, à vous de le découvrir dans votre lecture !

Enfin et c’est là que je rentre dans le vif du sujet ou du moins de celui de mon blog : Anne Ancellin a suivi de nombreux malades du cancer et montre ce que l’analyse transgénérationnelle peut leur apporter : ces transmissions invisibles.

La méthode SIMONTON qu’elle évoque  est assez troublante.

Il conseille d’établir  un rapport entre la maladie , des évènements de la vie, une surdose de stress , une cause  à l’apparition de la maladie. En résumé, la maladie n’arrive pas par hasard. Même si il y a un côté physiologique ou parfois héréditaire j’en suis persuadée et vous l’aies déjà évoqué dans plusieurs articles (pour ma part Alzheimer de ma mère, oubli de soi…)

Je vous cite aussi quelques phrases de Simonton

«  Face à l’incertitude, il n’y a pas de mal à continuer à espérer » Tiens c’est ce que je tente de faire depuis un an ! Même si le doute survient au moment des examens de contrôles mais on est des humains ! Pas si facile, non ?

« Ne plus être une victime passive, mais un partenaire actif  de la lutte contre la maladie » Là, complètement d’accord  aussi : depuis plus de 2 ans et demi j’essaie de rester actrice avec mes armes naturelles ! Est ce que finalement çà ne serait pas cela la voie aussi de la guérison ?

A méditer ….!

Bref, je n’irai pas plus loin afin que vous découvriez vous mêmes tous les messages que nous transmet cette grande dame.

J’ai adoré ce livre facile à lire même si au début elle parle beaucoup de psychologie, son analyse, ses recherches, son vécu nous parle ! Elle permet de réfléchir à notre vie, celle d’avant la maladie et de transformer cet évènement en un message. Mais, ce livre peut également intéresser toute personne en interrogation sur son présent : bah oui on peut aussi éviter d’attendre de tomber malade pour avoir une prise de conscience et surtout avoir le PLAISIR DE VIVRE vous ne pensez pas ?

D’ailleurs, cela me donne envie de lire ceux qu’elle a écrites avant : les avez vous déjà lus ? si oui, vous en pensez quoi  ?

Petit coup de gueule sur les produits scanner

SCANNER

Bon jour tout le monde,

Une fois n’est pas coutume, je pousse un petit coup de gueule aujourd’hui sur les produits que nous devons amener lors d’un scanner.

Passant le mien lundi, comme d’habitude je suis allée le chercher avec mon ordonnance qui propose plusieurs marques en fonction de leurs disponibilités en pharmacie.

Telle ne fut pas ma surprise quand on m’a vendu la marque IOMERON 400 et qu’au moment de payer je vois qu’elle ne m’a pas donnée le cathéter veineux en plus qui va avec que je paye à chaque fois et qui n’est pas remboursé : environ 4e.

La pharmacienne m’apprend que c’est un KIT COMPLET totalement pris en charge : Alors vous allez me dire : Pourquoi tu râles Muriel ? C’est quoi ton coup de gueule ?

Simplement il a fallu que j’en sois à mon 10 ou 11ème scanner après avoir eu toutes les marques, les formes, les tailles pour apprendre qu’une faisait un kit totalement remboursé ! Faîtes le compte 4e çà n’est peut être pas beaucoup et encore que je préférais les mettre dans un truc plus sympa que celui qu’on t’enfonce dans le bras ! Mais au bout de 10 çà fait quand même 40e ! Tiens çà m’aurait payé une boite de viscum album l’air de rien !

La pharmacienne me précise que çà dépend des scanners ! Oui peut être mais personnellement depuis 2 ans et demi je fais le même à savoir : un Angio-Scanner Thoraco abdomino pelvien ! Vive l’industrie pharmaceutique !

En fait tout dépend qui vous fait l’ordonnance ! Donc si vous êtes dans mon cas, demandez cette marque si c’est possible !

Voilà c’était mon petit coup de gueule du jour qui pourra vous être utile.

Peut-être en savez vous plus sur le sujet ?

Et comme je n’aime pas rester sur une note négative mais toujours un conseil parmi mes armes naturelles : on le sait les rayons ne sont pas très bons pour notre santé mais on ne peut guère y échapper dans un suivi de cancer, comme anti-dote je prends juste après 5 granules de Radium Bromatum 9CH voir plusieurs fois.

Là aussi si vous avez des conseils n’hésitez pas à nous les faire partager en commentaires 

Quelle vie après la chimio ?!!!

 

la vie

Bon Jour tout le monde !

Vous l’avez lu dans mes précédents articles qu’il peut y avoir une vie entre les chimios que ce soit en JOURNEE OFF ou en JOURNEE ON il faut s’adapter !

Alors, une fois que les protocoles sont terminés, que vos examens affichent « aucun nodule suspect », « pas d’anomalie » (oh oui répétez moi çà j’adore au bout de ces horribles 24 séances de chimio !!!!) vous vous sentez « libéré, délivré » même si bien sûr dans 4 mois il y aura un prochain contrôle ! Oui mais 4 MOIS DE REPIT, çà n’a pas de prix après 20 mois sans relâche ou presque !

4 mois où vous allez essayer d’oublier cette maladie, cette épée Damoclès et de vivre pleinement, profiter simplement, penser à vous un peu plus qu’avant. Parce que comme je l’ai répété, le cancer nous pourrit déjà assez bien la vie, on ne va pas non plus le laisser gâcher les bons moments !

Alors çà y est, on peut peut-être enfin  faire des projets un peu plus fous, reprendre une activité sportive ou culturelle, continuer celles qui nous ont aidé à garder un certain rythme (comme la marche)

Comment oublier la maladie ?

Le point fort pour y arriver : finis les rdv médicaux, les hospitalisations et çà je peux vous dire c’est un grand soulagement et un premier pas vers la vraie vie : on ne se sent plus qu’une malade.

Mes conseils :

  1. s’éloigner des personnes qui vous parlent que de çà 
  2. s’entourer de personnes positives, s’éloigner des pollueurs, les négatifs (çà çà devrait être tout le temps mais après en cancer encore plus !
  3. s’éloigner des forums « cancer » : je m’explique comme je vous en avais parlé dans mon article sur les AIDES qui m’ont permise à tenir bon, j’avais ouvert une file sur un forum « cancer » où j’ai communiqué avec des personnes qui m’ont énormément soutenue. Quand la 1ère fois, je me croyais guérie j’ai souhaité les aider à mon tour en allant sur leur file. Mais entre temps, j’ai eu ma rechute pulmonaire et de savoir par leur compagne ou femme que certains  finalement sont décédés m’ont à la fois touchée et faite peur. A la fin de mon dernier protocole, certaines m’ont conseillé de m’y éloigner car il est très difficile de lire la dégradation des autres quand vous mêmes vous êtes « en sursis ». J’y retourne pour donner de mes nouvelles et aussi un peu d’espoir. Je garde également un contact en direct avec certaines personnes avec qui on se comprend tellement sans se connaître justement sur la vie d’après
  4. éviter de regarder des films sur le cancer où ce qui vous le rappelle. Cet hiver j’étais tentée de regarder « les bracelets rouges » qui parait il était une magnifique série mais trop tôt pour moi revoir des images d’hôpitaux, de perf NON MERCI
  5. ne plus dire « je suis malade » mais « j’ai eu un cancer » même si on vous dit que vous n’êtes pas  guéri mais en rémission je suis convaincue que l’auto-suggestion aide à la guérison : j’ai remarqué qu’avant je disais « mon cancer » comme s’il m’appartenait, pourtant vous dites « j’ai une grippe » vous ne dites pas « ma grippe » oui mais cette maladie fait tellement partie de notre vie que souvent on dit « mon cancer » j’observe encore cela dans les titres des blogs ou page facebook d’autres personnes. Vous remarquerez que le mien a un article indéfini ! (parce que j’ai réussi à m’en détacher un peu)

Mais l’oublier complétement  reste difficile, le mieux est de vivre avec l’idée que si elle devait revenir ce serait le plus tard possible voir jamais et surtout s’offrir une nouvelle vie. Je dis une NOUVELLE VIE car elle ne sera jamais la même qu’avant.

Votre entourage, les relations, pensent que la vie reprend son cours comme avant mais ce n’est pas si simple : ce n’est pas une grippe qu’on a eu ! ni des anti-bio qu’on a pris ! Certains à peine sortie de mes 24 chimios m’ont demandé « alors tu reprends quand le travail? » euh comment dire je suis un peu en convalescence là ! Je dois peut-être reprendre tout ce que j’ai perdu : les forces, les muscles, la concentration, la confiance en soi et ma place ! Beaucoup souhaite reprendre leur activité professionnelle pour retourner dans la vraie vie, et souvent s’aperçoive que leur décision a été prématurée, ne tienne pas physiquement et mentalement. De toute façon, c’est aussi une décision médicale… Ceci est un autre sujet que j’aborderai un jour !

Alors quelle vie après la chimio ?

Avec mon caractère active, évidemment plein de projets en tête : reprendre le sport mais lequel ? il faut d’abord reprendre des muscles ! Donc toutes les activités d’avant (fitness, zumba, salsa) on attend un peu ou on les reverra plus ! Faire des sorties entre amies, des escapades en amoureux, des repas en famille.

1ère décision : reprendre une activité sportive pourquoi ?

Plusieurs essais thérapeutiques  montrent l’effet bénéfique de l’activité physique régulière, pendant et/ou après les traitements du cancer sur la survie des patients, d’une part mais aussi sur la qualité de vie après le cancer. 

Plusieurs travaux ont démontré que le niveau d’activité physique démarré après le diagnostic de cancer diminue significativement la mortalité par cancer et le nombre de récidives du cancer du sein et du colon. 

Si vous avez la chance d’avoir un centre qui propose l’activité GYM APRES CANCER, je vous conseille fortement de vous y renseigner : leur programme est adapté en fonction de votre cancer. Il se déroule en salle mais aussi en extérieur. Et surtout il est possible de le faire pendant le traitement car les semaines où vous êtes en chimio ou fatigué que vous ne pouvez pas être présents, ne sont pas comptés. Le prix est très raisonnable et le but est de vous remettre doucement vers une activité sportive au sein d’un club lambda.

Pour ma part, pas assez de participants où j’habite les cours n’ont jamais eu lieu. Je me suis donc tournée vers un club sportif.  Vous en trouverez peut-être un près de chez vous en cliquant sur ce lien GYM APRES CANCER et aussi n’hésitez pas à partager l’info pour que justement vous ne soyez pas comme moi face à un manque de participants car méconnu

 

Pourquoi l’aquagym ?

5-bonnes-raisons-de-se-mettre-a-l-aquagym_width1024

Je m’y suis mise quelques mois à la fin de mon protocole. Je me suis aperçue que depuis mon cancer,  un changement naturel s’est opéré : j’aime l’eau, elle m’apaise, c’est comme une caresse, un massage pour mon corps qui a été meurtri : je me suis surprise à rester des longs moments dans la mer ou la piscine alors qu’avant j’y allais juste m’y rafraichir !Je fais même depuis peu du masque et tuba que je n’aurais jamais pensé faire un jour tellement je détestais mettre la tête sous l’eau et surtout été incapable de respirer dans un tuba : vive le masque décathlon ! si vous suivez ma page facebook « maligne contre un cancer colon-isateur » vous avez du lire mon post récemment à ce sujet. Le monde du silence apaise !

Concernant l’aquagym, ceci n’est que mon ressenti qui ne vous donnera pas forcément envie de vous y mettre mais j’ai d’autres arguments à mon arc même si j’ai aucun intérêt à vous convaincre simplement comme disait Johnny que je vous donne « l’envie d’avoir envie » de reprendre une activité bénéfique à votre corps :

  • Dans l’eau, on peut faire les mêmes mouvements qu’en fitness mais on ne souffre pas ! Et çà c’est important parce que vous ne pensez pas que notre corps n’a plus besoin de subir encore des souffrances ?! Mon onco me l’a conseillé : soyez doux avec lui !
  • On se remuscle : en à peine 2 mois j’ai senti une différence au niveau des jambes, puis au niveau des bras qui ont repris des forces
  • On retrouve un lien social avec des personnes pour la plupart en bonne santé (j’évite de dire que j’ai eu un cancer, comme çà je suis sure qu’on parle d’autres choses) : du coup, on oublie complètement la maladie pendant une heure : enfin honnêtement pas complètement car on n’est quand même pas autant en forme que les autres.  Pourtant la plupart dans le club où je vais ont entre 60 et 80 ans : oui mais nous,  on a fait un méga marathon avant pas eux hein ?! D’ailleurs j’ai quand même du signaler à la prof mes antécédents car je la voyais souvent surprise de ma mollesse vu mon âge !

Tiens à propos de l’âge , autre avantage : d’être au milieu de personnes du 3ème âge, j’étais la plus jeune à 47 ans et du coup je ne me sentais pas du tout ridée !!! Même si pour moi, les rides n’ont pas trop d’importance : elles prouvent que je vieillis et je le répète tout le monde n’a pas eu hélas ce privilège !

  • L’ambiance est souvent sympa, on fait nos mouvements en musique ! et je n’en suis pas revenue de ce qu’on peut faire avec une frite !!! si, si  ! tout ! abdo, cuisses, bras !!!

La randonnée , je vous renvoie à mon  article 

 

2ème décision : FAIRE DE NOUVEAUX PROJETS C’EST POSSIBLE ? UNE ASTUCE QUI M’A OUVERT DE NOUVEAUX HORIZONS

Il faut être lucide, on est un peu dépendant des examens de contrôle, donc des projets à long terme, c’est peut être utopique mais pas tant que cela!

Quand mon oncologue me disait « attendez vos résultats avant de prévoir quelque chose ou de réserver une escapade » : c’est comme si on me mettait un mur devant moi ! Elle avait peur que je vive mal une annulation !

 

Mais grâce à ma psy, j’ai pu casser ce mur grâce à un petit exercice que vous pouvez faire : elle ressemble à la wish list : liste de souhaits que vous avez déjà peut être entendu parler ? sauf que pour nous les personnes atteintes d’un cancer, il y en a qui sont difficiles à imaginer. Et pourtant, j’ai utilisé cette technique alors que j’étais encore en chimio :

Wish list with pen

La psy m’a demandé d’écrire  mes souhaits ou projets (réalisables) sur :

  • 24h
  • 1 semaine
  • 1 mois
  • 3 mois
  • 6 mois
  • 1 an

Vous savez le 1er réflexe que j’ai eu ? je lui ai posé cette question « attendez dans un an, un projet, un souhait mais malade ou pas malade ? » oui parce comment on peut savoir ?

Réponse de la psy : « ce que vous souhaitez faire dans un an »

A chaque fois, que vous réalisez vos souhaits : faites une croix. CHECK ! et si vous n’avez pas pu les faire « ne les barrez pas, notez pourquoi, cela peut être indépendant de votre volonté (météo par exemple) ou reportez les à plus tard (si par exemple votre forme physique ne le permet à ce jour)

Vous verrez, c’est une grande porte ouverte vers la VIE ! Et quel bonheur de faire une croix et puis un an après se retourner et se dire j’ai fait tout çà !

Il faut  renouveler la liste régulièrement, bien sur !

Pour ma part j’avais noté « paddle » pour cette année mais je ne suis pas encore en état pour en faire, au moment de le barrer ma psy m’a dit non « reportez le » : j’ai mis 2020 !

Après tout comme elle m’a dit il n’y a pas que les gens qui ont un cancer qui sont parfois obligés d’annuler un voyage, une activité, un restau !

Cette wish list çà peut être très bien des escapades mais aussi une thalasso, faire un restau avec votre mari, un pique nique entre amis, les soldes avec les copines  ou un voyage !

Franchement, essayez, çà booste le moral ! surtout quand vous êtes en traitement.

3ème résolution : prendre soin de soi

sticker-citation-zen-prendre-soin-de-son-corps-ex2

Comme j’en ai parlé dans l’article pré-cité, de nombreuses activités permettent de prendre soin de soi

  • se faire faire un massage
  • une thalasso
  • Du do-in : c’est de l’auto-massage (si vous n’avez pas les moyens pour faire le 1 et le 2 ou qu’on ne vous a pas fait de carte cadeau !) je n’ai pas encore fait l’article dessus mais bientôt patience !
  • une nouvelle coupe de cheveu (dès que possible pour certaines)
  • s’accorder des temps de repos, de calme
  • méditer : là je vous ai donné mes astuce dans mon  article sur la méditation
  • faire de la sophrologie, du qi gong

Récemment j’ai pris aussi la décision de faire une formation REIKI, car celle-ci commence par l’auto-guérison. Je souhaitais reprendre le SHIATSU car j’avais commencé une formation de 2 ans il y a quelques années, mais tout le monde m’a conseillé « prends soin d’abord de toi avant de t’occuper des autres  » ! Oui car pour aider des autres, il faut d’abord être bien soi-même ! Je vous ferai donc un article aussi sur le REIKI pour vous parler des bienfaits de cette pratique

 

4ème résolution : continuer à être suivi par un psy

julie-belotte-psychologue-2Cette décision est tout à fait personnelle. Je peux vous dire que pendant des années, loin était l’idée d’aller voir un psy ! Et pourtant, je vous assure que sans leurs aides, je n’aurais pu d’abord gérer ma maman qui avait ALZHEIMER, (la psy m’a permis d’adapter le bon comportement face à ses réactions et comprendre la maladie) et aussi  par la suite, tenir bon lors de la venue de mon cancer

Le plus difficile est de trouver celle ou celui qui vous convient : quand on a un cancer on a la psy de l’hôpital puis après la chimio, on vous dit que vous n’êtes plus prioritaire ! Comme si eux aussi, pensaient que tout est terminé !

Pourtant si aujourd’hui je continue à aller voir une psy, je peux vous confirmer que parfois cela est nécessaire : car l’après cancer n’est pas si facile, je l’ai déjà évoqué dans cet article

On doit trouver notre place à nouveau au sein de la société mais avec nos nouvelles perspectives, nos nouveaux critères de vie : « çà, je ne veux plus » ; faire le bilan des changements dus à la maladie et voir son avenir peut-être autrement. des blessures à oublier, des pardons à avoir etc. découvrir que la maladie n’est pas arrivée par hasard, et comprendre son message….

Peut être y arriver vous seul ou par d’autres moyens mais personnellement la psy est mon accompagnant pour trouver la vie que je souhaite et me délivrer du passé et de certaines valeurs trop ancrées!

Je pourrais en écrire des pages sur « l’après cancer », car j’ai déjà changé beaucoup de choses dans ma vie. Une amie m’a dit un jour, sachant que j’aime jouer sur les mots : « tu as remarqué dans cancer il y a « qu’en sert ? » oui ! en quoi il a servi ?

Vous vous êtes posés la question ? Je pense effectivement qu’au lieu de s’apitoyer sur ce qui nous arrive même si ce n’est pas simple au début : pourquoi moi ? j’ai rien demandé ? c’est injuste !

Peut être posons nous la question : n’y a t il pas eu un effet déclencheur dans notre vie, un évènement, un choc mal vécu, ou tout simplement, un moment de notre vie où nous n’avancions plus, des blocages nous empêchaient de faire ce que nous souhaitions vraiment ??? Je vous en reparlerai dans un article consacré au livre écrit par Anne Ancelin « le plaisir de vivre ». Bien sur, tout le monde ne va pas avoir un cancer parce qu’il a eu un choc ou autres heureusement ! Il y a d’autres facteurs !

Je ne dirai jamais que c’est grâce au cancer, que j’ai réalisé çà ou çà ou comme on m’a souvent dit « je serai plus forte » car ce n’est pas une chance d’avoir un cancer! Mais plutôt cela permet une prise de conscience ! Et je pense que des personnes qui ont eu un accident où ils ont failli perdre leur vie  ou un traumatisme ont également cette prise de conscience!  Vous me direz , comme il est bien dommage d’en arriver là pour comprendre ! Mais justement, les évènements graves, négatifs doivent être pris pour une leçon de vie, un message comme on peut le lire dans   le livre de Véronique Jannot

Alors oui , le cancer, les traitements, les opérations  sont des cauchemars, un véritable carcan qu’on aurait envie d’oublier mais à travers mes articles j’espère que je vous donnerai un peu d’espoir en vous montrant qu’il y a UNE VIE malgré tout

que mon cancer serve aux autres aussi !

peut être que d’autres ici pourront partager leur vécu et donner aussi d’autres idées, astuces pour suivre ce chemin 

 

 

 

Velouté de courgettes ma version (et les autres…)

veloute-de-courgettes$0

Le velouté de courgettes : un classique. Ah  vous allez me dire : encore une recette de courgettes ! Oui j’en ai plein le jardin alors autant en profiter et le décliner sous toutes les formes pour ne pas s’en lasser ! Et puis c’est un légume de saison. Promis c’est la dernière de cette série !

Il y a plein de versions de cette recette, je ne sais pas quelle est la votre mais pour ma part , j’en ai essayé pas mal jusqu’à trouver ma version (peut-être que certains l’ont déjà utilisée) Je l’ai inventé au feeling et au fil de mon changement de mode alimentaire notamment concernant les produits laitiers dont je vous ai parlé dans l’article sur ma nouvelle alimentation 

Je viens donc ici vous faire part de mes impressions sur toutes celles que j’ai testées et vous partager la mienne. A vous de choisir en fonction de vos envies ou mode alimentaire. La recette est simple et healthy : pour les bienfaits des ingrédients je vous invite à revoir les articles Tagliatelles de courgettes façon carbo et courgettes farcies végétariennes

La première que j’ai dégotée sur internet est celle avec la vache qui rit. Un de mes fils n’aimant pas la courgette a bien apprécié et me réclame à présent le velouté de courgette. Oui vache qui rit çà parle aux enfants. Elle donne un goût onctueux mais çà reste une recette un peu fade à mon goût.

La seconde est avec du chèvre (celui en buche) coupé en morceaux avec de la crème fraîche. La recette devient alors plus goûteuse et onctueuse. Ceci dit même sans la crème fraiche, la texture reste agréable si vous la souhaitez plus légère !

La troisième est avec du chèvre frais (moins fort en goût) et du râpé de chèvre (oui j’adore le chèvre !!!). Version moins fort en goût de chèvre !!!

La petite dernière c’est celle de mon inspiration : j’ai utilisé du fromage blanc de chèvre et rajouté des épices . Recette plus onctueuse et relevée (mais pas trop!) TESTEE ET APPROUVEE PAR TOUTE LA FAMILLE !

La recette est la même à chaque fois puisqu’il faut rajouter le fromage choisi au moment de mixer

TEMPS DE PREPARATION : 10MN TEMPS DE CUISSON : 30MN

INGREDIENTS 

  • 2/3 courgettes selon la grosseur
  • fromage choisi : vache qui rit, chèvre ou fromage blanc de chèvre : pas de quantité exacte je fais au feeling en mettant au fur et à mesure pour que ce soit onctueux
  • 1 cuillère à café de paprika
  • 1 cuillère à café de curcuma
  • 1 oignon
  • huile d’olive
  • sel, poivre

RECETTE

  1. Coupez les courgettes dans la longueur en 2 et enlevez la chair puis coupez les en petits morceaux
  2. Emincez l’oignon et faites le revenir dans l’huile d’olive
  3. Ajoutez les épices et faites revenir 2 minutes
  4. Rajoutez les courgettes jusqu’à ce qu’elles soient cuites
  5. Mettez le tout dans un mixer puis rajoutez le fromage choisi petit à petit

C’est prêt ! Bon appétit

20180705_195052Mon velouté avec les courgettes jaunes du jardin

Et vous comment vous le faîtes le velouté ? Dites moi quelle version vous avez essayée ?

Voir la vie autrement

 

vie autrement

Bonjour tout le monde,

Je souhaite vous parler d’un ou plutôt de 2 livres écrits par le même auteur : ceux de ma génération la connaissent, les autres peut être un peu moins ou pas du tout.*

« Pause Café » çà vous rappelle quelque chose ? Ah là, là toute notre adolescence ! Et oui , je veux parler de Véronique Jannot ! Je vais vous amuser en vous disant que mon cadet qui ne l’a donc pas connue pendant ses jours de gloire l’appelle « celle du beurre » Aîe, moins sympa pour elle : oui il y a quelques années elle faisait une pub pour une margarine !!!!

Ces livres m’ont interpelée car j’avais su qu’elle avait eu un cancer à l’âge de 22 ans et qu’elle parlait de son nouveau chemin de vie et surtout qu’elle était très accès sur la médecine douce déjà à l’époque !

Or quand j’ai su que j’allais avoir de la chimiothérapie et après 18 ans d’homéopathie, je m’intéressais à tout ce qui pouvait me faire connaître des traitements, des méthodes pour contrer cette maladie en complément de la médecine traditionnelle !

Son premier livre  est intitulé

« TROUVER LE CHEMIN »

Trouver-le-chemin

Elle confie son secret douloureux : celui d’un cancer qui l’a privé d’avoir par la suite d’être mère un jour. Elle y évoque également son grand amour pour le pilote de Formule 1 Didier Pironi.

Traitée une première fois par chimio elle a rechuté 6 ans après. Pourtant à l’époque on disait souvent que passé 5 ans , vous étiez guéri ! C’était rappelons le,  au début des années 80 où on ne parlait pas du cancer comme on en parle maintenant !

Curieusement, cette rechute est arrivée juste après le décès de son grand amour dans un accident. Je suis persuadée que beaucoup de cancers n’arrivent pas à un moment par hasard. Je crois d’ailleurs vous avoir évoqué que le mien est survenu entre autres après avoir longuement géré ma maman qui avait Alzheimer où je me suis totalement oubliée. Mon corps me l’a rappelé. Je vous en parlerai d’ailleurs plus longuement lors d’un prochain article sur un autre livre qui évoque ce lien entre la maladie et l’esprit. (sur études scientifiques)

Mais revenons à Véronique Jannot, qui nous évoque ses rencontres et notamment celle avec le bouddhisme qui l’a aidé à guérir, et surtout à porter un regard différent sur l’existence. Non pas la religion bouddhiste mais la philosophie qui l’a conduit à s’engager pour la défense du Tibet et devenir Présidente de l’Association Graines d’avenir.

De cette philosophie, elle nous parle de son mode de vie au quotidien, notamment avec la méditation accessible à tous,   au travers le témoignage de ses rencontres. C’est grâce à ce livre, que j’ai connu l’application Petit Bambou dont je vous ai fait part dans mon article DEFI DE L’ETE : comment méditer 10mn par jour pendant au moins 3 semaines?

Ce qui m’a aussi interpellé dans ce livre, c’est que lors de sa rechute, elle a décidé de refuser la chimio et de se faire soigner autrement tout en étant suivi par son docteur chirurgien qui au départ était assez opposé à sa démarche.Mais je ne vous en dis pas plus. Elle a toujours souhaité rester actrice (depuis le début de ma maladie, c’est également ma ligne de conduite)

Evidemment j’aurai rêvé de faire comme elle même si on sait qu’il est risqué de rejeter la médecine traditionnelle mais sur le coup j’avoue que vu le résultat : pas de rechute et vivante, épanouie, pleine de vie 35 ans çà me faisait quand même rêver ! Sauf que je n’ai jamais réussi à trouver les traitements qu’elle avait suivis, ni un docteur qui pourrait m’y accompagner ! Et je ne vous le cache pas : même si certains disent « je ne ferai jamais de chimio » (comme je le disais au décès de mon père persuadée que celle-ci ne l’avait aucunement guéri et plutôt fait dégrader) je peux vous dire que quand c’est vous qui êtes concernés : la question que choisir entre peste et choléra ? Résultat j’en ai fait 24 !

Ce livre est aussi un message d’espoir pour ceux et celles qui se battent en ce moment ou ont du mal à trouver leur chemin et qui peut être trouveront la force en eux pour remonter la pente. Encore une fois, quelque soit le cancer, nous nous ressemblons sur beaucoup de points.

 

Ce qui m’a conduit à son second livre intitulé :

AU FIL DE L’AUTRE, voir la vie autrement

au fil de l'autre

Encore une fois au travers de ses rencontres, ses découvertes, Véronique Jannot nous propose que finalement après avoir « trouver son chemin » il faudrait essayer de « sortir de la route ». Elle évoque notamment notre mode vie occidentale qui nous empêche des rendez vous avec soi « piéger par la désinformation » mais aussi le stress qui est un des facteurs générateurs parmi d’autres  des maladies comme le cancer . Elle nous offre sa vision du monde et nous donne des conseils pour comment arriver à trouver la paix en soi mais aussi parmi les autres ! Bref trouver le bonheur simplement !

Dans une seconde partie, elle nous propose plusieurs clés pour vivre mieux et en bonne santé. S’appuyant d’exemples, elle nous parle des bienfaits de prévention et de soin des médecines alternatives que vous connaissez pour certaines comme l’étiopathie, l’homéopathie, l’acupuncture, la phytothérapie mais aussi la médecine endobiogénétique, les thérapies quantiques. Plus surprenant, est celle de la phagothérapie Qesako ? ou quand les virus se transforment en médecins je vous en dis pas plus pour vous laisser imaginer à quoi çà peut correspondre,

Bien sur, les médecines de l’esprit que j’essaie actuellement de pratiquer enfin certaines : la psychanalyse (promis vous aurez mon témoignage dans un article intitulé « paroles de psy » patience), la sophrologie mais également l’EMDR (qui commence à être connu), la fasciothérapie, l »équithérapie.

Des  pratiques de mieux être  : le qi gong, le tai chi, la méditation, le yoga, le reiki (tiens j’avais oublié qu’elle en parlait et je viens de commencer ma formation, et si si depuis peu je suis reiki….idem mon  témoignage dans un autre article)

Alors çà parait un peu catalogue de médecines  que vous pratiquez ou connaissez déjà mais non pas vraiment ! car c’est à travers son vécu mais aussi des explications de leurs bienfaits non seulement en prévention mais aussi contre le cancer déjà installé

 

Enfin, je ne vous en dis pas plus et vous laisse les découvrir.

Pourquoi j’ai aimé ces 2 livres?

Ils sont simples à lire et Véronique Jannot écrit avec beaucoup de sincérité sans diriger sans jugement sur les  médecines traditionnelles : c’est son choix de vie.

Le premier raconte davantage son histoire et finalement peut être lu par tous comme un roman. Pour les personnes atteintes du cancer, il peut être une forme d’espoir pour l’avenir;

Le second peut devenir facilement un livre de chevet à consulter régulièrement même s’il peut se lire d’une traite, on peut aussi parcourir les chapitres qui nous intéressent.

Tiens d’ailleurs, en vous en parlant, je m’aperçois que j’ai bien envie de remettre le nez dedans car l’ayant lu au début de ma maladie peut-être que j’ai un autre recul et je serai qui sait? surprise du chemin que j’ai fait depuis ! Je vous dirai çà plus tard !

Trouver le chemin coûté à peine 6e en livre de poche et environ 25e en livre broché

Au Fil de l’autre en livre à 18,95e et en format Kindle 7,99e

Bonne lecture !

Si vous avez lu l’un d’eux ou les 2 n’hésitez pas à laisser vos impressions en commentaires car je ne suis pas critique de livres ! Juste là pour vous faire part  mes coup de cœur ! Et c’est toujours sympa de partager nos ressentis sur un livre !

 

LES COUSSINS COEUR POUR LE CANCER DU SEIN

 

coussins_du_coeur

Bonjour tout le monde

Aujourd’hui je souhaite partager cet article du bulletin municipal de Sainte Maxime. Même si je n’ai pas eu ce cancer je sais que parmi vous en sont atteintes malheureusement ou peut être une personne de votre entourage. Aussi, ce serait sympa de le partager massivement. Il concerne les personnes qui ont eu une intervention suite au cancer du sein :

DES CŒURS pour soulager

numérisation0034


« Le Conservatoire de la Connaissance, en collaboration avec La Délégation locale Ste-Maxime – Plan de la Tour du Comité du Var de la ligue Nationale contre le cancer, a créé 40 coussins cœur. « Ces coussins ont été conçus pour soulager les patientes ayant subi une intervention relative à un cancer du sein. La forme et la densité nécessaire ont été déterminées pour les aider au mieux dans leur convalescence, notamment dans la position allongée» précise Nicole Casanova, Présidente de la Délégation locale. « il s’agit d’une mousse particulière, relativement ferme. Nous nous sommes basées sur le modèle existant et avons pris quelques libertés quant-au choix des tissus et des couleurs. C’est un coussin qui se place sous le bras, l’arrondi du haut du cœur épousant parfaitement l’aisselle de la personne », indique Madame Lesur, Présidente du Conservatoire de la Connaissance. Ces coussins sont totalement gratuits et disponibles au local de la ligue: Immeuble Le Privilège, Place Félix Pizzorne, Appartement 47 Contact -04949702 23/0667 1753 81 Pour rappel, un groupe de paroles se réunit tous les premiers lundis du mois, à la Bastide de Pisan à Cogolin. »

merci de partager massivement (surtout dans le Golfe de St Tropez

Idée courgettes farcies végétariennes et légères

 

20180624_120430Bonjour tout le monde,

C’est le temps des courgettes, et de la cuisine légère entre 2 apéros !!! J’ai donc testé et approuvé la recette de Betty dans mon blog préféré.

Elle conviendra aux végétariens mais aussi à ceux et celles qui souhaitent un peu changer de la courgette farcie à la viande ou au riz et se sentir plus léger après ce bon petit plat comme d’habitude healthy et simple  :

COURGETTES FARCIES AU FROMAGE DE CHEVRE FRAIS ET AU MAIS

UNE RECETTE HEALTHY

La courgette : je vous invite à relire ses bienfaits dans mon article TAGLIATELLE DE COURGETTES

Le Mais (bio)Antioxydants.détails dans cet article

Le fromage de chèvre : se digère mieux que le lait de vache, contient de la vitamine A, B, des anti-oxydants, des oligo-éléments (zinc, sélénium). Par contre, pour ceux et celles qui privilégient les aliments alcalins, celui-ci est acidifiant.

UNE RECETTE TESTEE, APPROUVEE ET SIMPLE

TEMPS DE PREPARATION 10MN/ TEMPS DE CUISSON 40MN

INGREDIENTS :

  • 4 Grosses courgettes
  • 2 œufs bio
  • 120 grammes de mais bio
  • 200 grammes de fromage frais
  • 100 grammes d’emmental râpé ou chèvre râpé ou de la  levure maltée
  • Huile d’olive
  • sel, poivre

RECETTE : 

  1. Préchauffez  le four à 180°
  2. Coupez les courgettes en 2 dans la longueur évidez les délicatement à l’aide d’une cuillère. Conservez la chair de côté
  3. Faites cuire à la vapeur les barquettes de courgettes pendant une dizaine de minutes jusqu’à ce qu’elles soient tendres puis disposez les dans un plat à gratin. Réservez
  4. Dans une sauteuse, à feu moyen, versez un filet d’huile d’olive et faire revenir 2 minutes la chaire des courgettes
  5. Hors du feu, ajoutez le mais, le fromage de chèvre frais et les œufs. Rectifiez l’assaisonnement. Bien poivrez
  6. Remplissez les barquettes de courgettes du mélange précédent.
  7. Enfournez à 180° pendant une vingtaine de minutes et dégustez à la sortie du four

Je l’ai testée avec les courgettes jaunes de notre jardin et de la levure maltée : Je pense que çà sera plus goûteux avec du fromage râpé et peut être rajoutez une épice ou poivrez davantage car la courgette et le mais sont des aliments un peu fades.

BON APPETIT

n’hésitez pas à commenter si vous l’avez testée ou si vous avez des suggestions

Mes articles du mois de juin en 1 clic !

J’ai pensé à vous  faire un petit résumé des articles que j’ai écrits chaque mois.

Ainsi,  si vous n’avez pas eu le temps de lire ceux qui arrivaient dans votre messagerie. vous  pourrez  cliquer sur ceux qui correspondent à vos critères et envies.  Ce sont des articles pour la plupart qui peuvent intéresser tout le monde !

Il vous suffit de cliquer sur le lien voici ceux du mois de juin 2018 :

 

Pour le gourmands,  mes 4 recettes du mois :

Nouilles chinoises aux légumes et épices

Idée cake sans lait de vache (option sans gluten)

Tagliatelles de courgettes façon carbo (végétalien ou pas) testées et approuvées

Cake poulet coco : un peu d’exotisme pour l’été

 

Pour ceux ou celles qui souhaitent se mettent à la méditation  :

DEFI DE L’ETE : comment méditer 10mn par jour pendant au moins 3 semaines?

LA méditation guidée qui m’a aidée à accepter le cancer et la chimio : la thérapie quantique

 

Mon vécu et mes astuces pour contrer la fatigue (plus spécifiquement due à ceux qui ont eu des traitements et/ou opérations)

MALIGNE CONTRE LA FATIGUE : (2ème partie) Mes 6 activités adaptées en journées ON, oui, y a une vie entre la chimio !

La fatigue, on en parle ?

 

Des articles, lectures ou appli du mois que j’ai aimés

J’ai testé une appli gratuite pour savoir ce qu’on met sur notre corps !

LE guide des soins de support pour les personnes atteintes du cancer

LETTRE A MON CORPS

 

J’espère que cette idée vous plait et vous facilitera la lecture ! Vous me direz ! 

Bon mois de Juillet à tout le monde !

 

 

 

 

La fatigue, on en parle ?

I

Bonjour tout le monde,

Dans mes articles MALIGNE CONTRE LA FATIGUE 1 et 2  je vous ai fait  part de la difficulté à la gérer et à jongler entre les périodes ON et OFF en adaptant mes activités. Je pense que c’est hélas le point commun à tous ceux qui ont eu de la chimio. Autant les effets secondaires sont différents en fonction du protocole, autant la fatigue est présente et grandissante au fil des séances.

C’est une fatigue qui n’est pas comme les autres.

Je souhaite en parler ici, car elle est bien comprise par tous quand on est sous traitement mais beaucoup moins lorsqu’elle perdure longtemps après la fin de celui-ci. Je vous invite à lire cet article qui révèle que parfois 5 ans après les patients se plaignent encore de cette fatigue.

Et finalement elle est encore plus difficile à gérer, car une fois les traitements arrêtés, nous ne sommes plus accompagnés, nous tentons de reprendre une vie « normale » mais nous nous rendons vite compte que le corps a subi , et que nous avons beaucoup de mal à récupérer.

Par ailleurs, les personnes par méconnaissance ne s’imaginent pas que des mois, des années parfois après notre corps meurtri, usé par les traitements a tant de mal à récupérer après une sortie, une activité toute simple.

Des exemples personnels :

J’aime randonner car c’est une activité que je peux faire mais parfois si motivée, je me laisse porter par mon entrain constatant que mes jambes sont assez en forme pour continuer et je me fais piégée : le retour s’avère alors difficile. Vous me direz çà arrive à n’importe qui ! C’est vrai, à la seule différence, que cette fatigue n’est pas musculaire. C’est comme si que mon corps n’avait plus de jus et ne pouvait plus avancer. Le pire étant, que malgré une bonne nuit, le lendemain, les forces ne reviennent pas et c’est là qu’on a vu la différence une fois avec mon mari (pourtant 7 ans de plus que moi) : le soir il était aussi exténué que moi me disant pour me rassurer « moi aussi je suis crevé » sauf que lui au réveil il aurait été en forme pour en faire une nouvelle ! Moi il m’a fallu une journée en mode « canapeland » et une nuit supplémentaire pour récupérer !

Récemment j’ai souhaité profiter de mes amis venus de loin en faisant 2 sorties avec eux. Déjà ils pensaient que j’aurais pu en faire tous les jours. Mais je sais à présent qu’il faut que j’alterne une journée activité et une journée repos complet ! méthode ON/OFF !!!! Malgré cela, j’ai mis une semaine à m’en remettre : pourtant pour mon âge j’ai fait des activités raisonnables : une randonnée et 2 jours après une visite de village et cascade ! Encore une fois, ce n’est pas une question d’âge ils ont 5 ans de plus que moi !

Certains me disent pour me rassurer « mais c’est déjà bien tout ce que tu fais » oui c’est vrai mais ce n’est pas facile à gérer car ma tête est celle d’avant la maladie et le corps celui d’aujourd’hui. Et il est difficile d’accepter qu’un an après les traitements on paye encore et encore !

Ou comme une dame un jour après une journée de formation (reiki dont je vous parlerai dans un autre article) me dit après avoir su mon cas « moi aussi je suis fatiguée après cette journée » A la seule différence c’est qu’elle le matin avait fait un footing,visité une chapelle et le soir elle sortait à un concert. Perso, je n’ai fait que me reposer avant et après la formation et j’étais H.S : vous la voyez du coup là la différence ?

J’ai eu aussi des périodes OFF plus longues 10 mois après où j’étais lasse, les jambes cotonneuses, sans force sans même avoir fait quelque chose de particulier qui aurait pu me fatiguer et cela a duré plus d’un mois. Pour me rassurer encore, on me disait « c’est le changement de temps on est tous fatigués » ou « t’en as peut être fait beaucoup c’est dernier temps, c’est normal ». Peut-être ce sont une partie des raisons de ma fatigue mais pas que ! Il faut rester réaliste : la chimio est certes là pour nous soigner mais on le sait tous c’est un poison qui ravage le corps (avec un effectif de 24, je ne vous fais pas un dessin) ! J’ai eu la chance que pour l’instant elle ne m’a pas tout ravagé grâce mes MES ARMES NATURELLES mais la fatigue est là bien là  ! Mon docteur et ma psy me l’ont confirmé : ils ne me disent pas que c’est simplement « la météo ou autres » mais me confirment que ce sont les conséquences de tous mes antécédents et aussi le contre coup de tout car oui ce mois difficile est en quelque sorte un « cancer blues » !

Parce qu’on est un peu largué, lâché dans la nature, qu’il faut « digérer » tout ce qu’on a subi, essayer de retrouver une place qu’on avait un peu perdue au sein de la famille et la société en quittant le rôle de malade. Se trouver aussi, car on n’a forcément changé physiquement et mentalement. Se construire un avenir malgré la peur de la rechute (à chaque examen), retrouver une vie « normale », une alimentation adaptée parfois….. Alors en plus de la fatigue physique il y a la fatigue psychologique : il ne faut pas croire que dans notre tête tout est fini que comme on m’a dit une fois « ce ne sera qu’un mauvais souvenir ».

Autre fatigue : la difficulté de concentration. Je vous avais parlé de cette dernière dans mes précédents articles notamment pendant ma chimio. Pour suivre un livre, un film, cela devient compliqué. Après un an sans traitement, cette difficulté est persistante et je me suis aperçue qu’elle est un frein pour gérer certaines choses de la vie quotidienne. Cela peut être des tâches très simples comme faire une déclaration d’impôt, monter un dossier administratif, mais aussi organiser des escapades. Moi qui était dans le tourisme et avait l’habitude de préparer des circuits aujourd’hui,comme je fatigue vite cela génère un stress car je n’arrive plus un moment à le faire. Il faut que je prenne le temps.  Tenir une longue conversation ou suivre une explication me demande une concentration trop importante. Je fatigue vite et parfois je perds le fil. Vous me direz c’est l’âge oui (encore que je ne suis pas encore dans le 3ème âge) mais çà m’arrive vraiment fréquemment !

J’essaie depuis le début de ne pas gâcher mes journées ON et de profiter un maximum des moments partagés avec ceux que j’aime, de garder le sourire mais ce n’est pas facile d’exprimer ce qu’on ressent après une telle maladie.

Récemment je suis retournée sur le forum pour donner les bonnes nouvelles et je fus surprise du nombre de personnes qui ont témoigné de cette fatigue ! Certains disaient aussi que l’entourage en voyant l’ « ancien » malade faire à nouveau des activités avoir meilleure mine ne s’imaginait pas une seconde que le soir la personne s’écroulait dans son canapé !

Alors j’ai pris des nouvelles dispositions contre cette fatigue. Oui parce que j’avoue cet article est moins positif que les autres mais il reflète la réalité parfois méconnue que je souhaitais partager.

Je vous ai parlé de celle pendant la chimio dans mes articles « maligne contre la fatigue » 1  et   2 mais aujourd’hui après avoir soufflé ma 1ère bougie d’un an sans traitement, c’est comme une renaissance, j’ai donc décidé de mettre en place de nouvelle armes contre la fatigue : une formation Reiki et suivre les conseils d’une naturopathe

A suivre donc dans mes prochains articles !

J’espère que celui-ci vous a permis pour ceux et celles qui ne sont pas passés par là de mieux comprendre la fatigue de personnes peut être de votre entourage touchées par la maladie. N’hésitez à poser des questions (je ne suis pas experte mais pratiquante de la fatigue !)

D’autres se reconnaitront surement et je serai ravie de lire votre témoignage car chacun a un vécu différent. Avez vous eu cette fatigue qui perdure ? Avez vous réussi à la gérer ? Avez vous des conseils à nous partager ? Avez vous ressenti aussi cette difficulté de se retrouver seul face à elle ? de ne pas toujours être compris ? N’hésitez pas à en parler en commentaires Ici c’est un lieu de partage