Itinéraire d’un colon gâté : Acte II

29 Novembre 2015 : L’annonce du cancer et programme des réjouissances

Une fois opérée, il faut attendre une semaine les résultats de la biopsie.

Auparavant, mon chirurgien était fier de me montrer la bête ! oui les chirurgiens c’est leur kiffe : il avait pris une « jolie » photo du polype et donc l’occlusion sur son portable : je vous épargne la preuve en image !!! Parfois, il ne faut pas s’imaginer ce qu’ils peuvent dire ou faire pendant l’opération : vive l’anesthésie générale pour le coup !

Pendant cette semaine, j’étais « nourrie » au glucose ».

Ce qui a été le plus difficile pour moi, c’est de se faire laver au lit, surtout que j’étais très pudique. Je précise « j’étais » car finalement au fil de mes soins et hospitalisations, je le suis devenue bien moins ! Bref, la 1ère douche fut un instant de pur bonheur, une chose simple et banale devient un cadeau dans ces moments là !

Les infirmières et aides soignantes (oui un seul homme sur 12 jours !) ont été aux petits soins pour moi que ce soit physiquement ou moralement.

Ce dont j’ai le plus souffert c’est d’avoir ma mère au téléphone pleurant pour me voir et ne pas pouvoir lui dire (vu sa maladie d’Alzheimer autant l’épargner) que j’avais été opérée du colon comme papa !

Concernant les résultats de la biopsie, et considérant mon hérédité je m’attendais un peu à la réponse : bingo : cancer du colon ! Mais vous aussi vous n’avez pas la surprise puisque c’est le titre de mon blog !

Un polype de 6cm : à mon avis, il était là depuis un petit moment !

2ème article : 2ème conseil : si vous avez des parents qui ont eu ce cancer n’attendez pas les fameux 50 ans pour faire une coloscopie faites en une à 40 ans ! voir mon article FESSE EN DANGER ! campagne de dépistage version canadienne

Parfois il faut le faire plus tôt selon la génétique mais je vous expliquerai cela un autre jour.

Bonne nouvelle : on m’avait enlevé la bête  et il n’y a ni métastases ni ganglions atteints ! cela s’appelle un T3 NO : 3 c’est le stade du cancer N O (zéro) aucun ganglion. L’histoire aurait pu s’arrêter là !

Mauvaise nouvelle : ayant fait une occlusion et une embolie et vu mon jeune âge (si, si je vous ai dit cancer de vieux) il y a plus de risque que des nodules partent ailleurs ! c’est les joies du cancer du colon qui colonise ! ou pas d’ailleurs !

Le chirurgien pense que je devrais faire une chimio adjuvante (préventive).

Elle sera confirmée par l’oncologue et la RCP : Réunion de Concertation Pluridisciplinaire

RCP un nouveau mot pour moi : lorsqu’on vous diagnostique un cancer , ce n’est pas un docteur qui décide de vos traitements  mais plusieurs qui se réunissent en RCP tant mieux d’ailleurs !

Ensuite une infirmière d’annonce me recevra après ma sortie d’hôpital pour m’explique le programme des réjouissances :

  • La pose d’un PAC (porte à cath) ou DIV (dispositif intraveineux) ou chambre appelez le comme vous voulez :  Moi j’ai surtout voulu savoir la taille et à quoi cela ressemblait et finalement cela m’a rassuré

C’est une petit opération qui se fait sous anesthésie locale (un générale peut vous être proposée) en ambulatoire.

Ce dispositif évite ainsi d’administrer les traitements médicaux dans des petites veines comme celles du bras qui peut être difficile et toxique. Elles sont fragiles et les injections répétées deviennent vite douloureuses. On vous pose un petit boîtier (la chambre implantable) et d’un cathéter (tuyau souple et fin). Il est entièrement placé sous la peau, au cours d’une courte intervention chirurgicale sous anesthésie locale

Je me faisais tout un monde de ce PAC et finalement à part quelques douleurs les premiers jours on l’oublie vite !

  • Le traitement : FOLFOX deux molécules sont utilisées :

    Le 5-fluorouracile (ou 5-fluoro-uracile)  et l’oxaliplatine avec de l’acide follinique

  • Les effets secondaires

bonne nouvelle : pas de perte de cheveu. Contrairement à ce que l’on pense ce ne sont pas toutes les chimio qui entrainent la chute de cheveu. Souvent, les personnes (moi la première avant de le savoir) le pensent car il y a beaucoup cas de cancers du sein à mon âge et le traitement utilisé entraine cette perte.

En revanche, l’infirmière vous annonce des points communs avec d’autres comme une fatigue intense, des troubles de l’alimentation avec des nausées et des vomissements, un goût de fer dans la bouche, des aphtes et mucites, des troubles du transit avec des périodes de diarrhées et/ou de constipation et une modification de la numération de la formule sanguine avec possibles saignements, hématomes ou périodes d’aplasie. Dans ces périodes, il faut être particulièrement vigilant à toutes les sources possibles d’infection mais il ne faut pas s’affoler chaque personne réagit différemment ! On n’a pas forcément tout et vous pourrez voir dans le chapitre « mes armes naturelles » les moyens de les diminuer ou les contourner.

Folfox a par contre un effet secondaire un peu particulier : les fourmillements et engourdissements aux extrémités notamment au contact du froid : vous allez rire c’est ce qui m’ennuyait le plus j’avais prévu un séjour ski ! Mauvaise pioche ! Mais vous verrez qu’on trouve parfois des solutions pour arriver à nos fins !

Publicités

Un commentaire sur « Itinéraire d’un colon gâté : Acte II »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s