Le mois de septembre 2018 en 1 clic

Bon jour tout le monde,

Le temps passe nous sommes mi octobre et je viens de m’apercevoir que je ne vous ai pas fait le résumé du mois dernier !! Honte à moi ! Comme d’hab, cliquez sur les liens en bleu pour les découvrir.

Alors ce mois de septembre a été pour moi en dent de scie avec des hauts puisque j’ai réalisé  un rêve (qui j’espère vous a donné envie de réaliser les vôtres ?) et des bas avec un CANCER BLUES ?

En même temps, je me suis aperçue que je ne suis pas la seule en lisant ces articles  que je vous invite à parcourir Quels impacts après le cancer ? et Un lien utile pour la fatigue

Mais, j’essaie de prendre les choses en main pour ne pas rester dans cet état en m’aidant des techniques dont je vous ai parlé du livre « Etre l’auteur de sa vie »

J’avoue j’ai moins cuisiné de nouvelles recettes puisque ce mois de septembre, vous n’avez pu découvrir que celle du Tian de courge butternut (100% de mon jardin)

L’avez vous testée ? Ce mois ci je vais en essayer d’autres ! Promis ! J’ai encore de la courge ! Oui parce que je suis les saisons (souvent) et le jardin de monsieur !

En avez vous à nous conseiller ?

J’ai fait également un petit bilan de mon DEFI DE L’ETE

D’ailleurs, vous ne m’avez pas dit, vous l’avez fait ? Ici on partage nos vécus et expériences alors n’hésitez pas !

Sinon, vous avez pu lire mes pensées du jour et du soir (houlà ! j’ai beaucoup pensé ce mois ci ! non c’est pas moi qui l’ai dit bien sur !) : Laquelle ou lesquelles vous parlent le plus ?

Pensée du jour bonjour 3

Pensée du jour bonjour 4

Pensées du soir 5

Pensée du jour bonjour 6

Pensée du soir bonsoir 7

J’espère que ces articles vous ont intéressés et j’aurais plaisir à lire vos commentaires qui m’encouragent à écrire et partager avec vous

 

Publicités

Quels impacts après le cancer ?

Bon jour tout le monde

Aujourd’hui je vous partage un lien q une amie m a fait part qui résume un peu mes propos dans mes articles CANCER BLUES ?

CANCER ET TRAVAIL : « on ne passe pas de malade à guéri d’un coup! »

Quelle vie après la chimio ?!!!

La fatigue, on en parle ?

sur l après cancer ou je dirais plutôt l après chimio !

Car il ne faut pas se mentir c est bien elle qui nous a mis k.o

Cet article permet de comprendre l impact de celle-ci des années après tant au niveau physique que psychologique

Il relate également la difficulté de la reprise du travail

Bref quand je lis cet article je me retrouve complètement et cela me rassure de savoir que je ne suis pas la seule.

J en déduirai que si on nous prevenait des effets secondaires à long terme on pourrait peut être mieux les appréhender et cela nous éviterait peut être de moins bien les vivre en s y préparant vous ne pensez pas ?

Car vous en a t on parlé ?

Non !  Helas non ! encore une fois lâché dans la nature après les traitements il faut gérer nous mêmes ces impacts

Article donc à partager et diffuser en grand nombre pour aussi être compris

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/27021-Le-cancer-impacte-aspects-vie-annees-la-guerison

 

N hésitez pas à commenter si vous le souhaitez

Un lien utile pour la fatigue

ob_889f08_natural-remedies-for-fatigue

Bon soir tout le monde

Je parle souvent de la fatigue dans mes articles car elle est vite presente au cours du traitement s accroit au fil de la cure

MALIGNE CONTRE LA FATIGUE : DES IDEES D’ACTIVITES PENDANT LA CHIMIO OU QUAND ON EST ALITE 1ère partie : en mode Journées OFF

MALIGNE CONTRE LA FATIGUE : (2ème partie) Mes 6 activités adaptées en journées ON, oui, y a une vie entre la chimio !

Et parfois perdure des mois des annees apres la chimio comme je l ai évoque dans La fatigue, on en parle ?

Alors je souhaite vous faire partager ce lien qui pourra peut être aider cetrains à mieux la gérer. Une belle initiative à diffuser

http://lapsyquiparle.fr/fatigue-maladie-traitement/

 

CANCER BLUES ?

Image associée

 

Bon soir tout le monde

Drôle de titre non ? Un petit jeu de mot comme je les aime mais une réalité que j’aime moins.

Vous avez connu le Baby blues ? Moi oui ce truc où tu te mets à pleurer quelques jours après la naissance de ton enfant et tu ne sais pas pourquoi parce que tu devrais être super heureuse de vivre ce moment merveilleux de devenir maman et tu te mets à déprimer ! C’est un comble !

Mais ouf on a mis un nom à ce comportement et du coup bah tu déculpabilises ! Tu te dis que c’est normal parce que même l’infirmière qui vient te rendre visite l’a détecté et te dis (oui je m’en souviens même si çà fait plus de 20 ans !) « houla, la maman fait un baby blues, allez un peu dehors prendre l’air çà va vous faire du bien » oui parce que je l’ai fait rapidement vu que je suis restée 8 jours à la maternité !

Mais revenons à nos moutons,  le cancer blues ?  oui c’est moins sympa comme déprime parce que ce n’est pas suite à un événement heureux on va dire ! Et en plus, ce n’est pas reconnu ! D’ailleurs, s’il faut je viens d’inventer le terme !

Une fois n’est pas coutume, je vais vous dévoiler mes émotions !

Une sorte de déprime, de doute, de tristesse m’envahit par moment voilà en quoi çà ressemble au baby blues

Cela fait  bientôt 15 mois que je n’ai plus de traitement de chimiothérapie (alléluia !) et pourtant tout n’est pas fini. Déjà dans mon article La fatigue, on en parle ? je vous évoquais cette fatigue persistante que j’ai ressentie 10 mois après mais elle était avant tout physique.

Aujourd’hui, je ressens une fatigue psychique qui est plus difficile à expliquer.

Moi qui étais toujours forte à ne montrer aucune émotion à mon entourage pour le protéger, me voilà à craquer face à des événements. Je ressens comme une grande fragilité psychologique que je n’avais pas avant.

Je pourrai expliquer cela en me disant justement que lorsqu’on est dans le combat, on fonce, on essaie de s’en sortir, on n’a pas le temps de réfléchir à l’après car on ne sait pas s’il y aura « un après » et surtout il est tellement incertain !

Je pense que d’autres pourraient se reconnaître dans des combats autres que la maladie.

Pendant cette période, on est entouré de médecins, infirmières, psy, amis (ceux qui restent, les meilleurs). Mais après, une fois que vous êtes en rémission, tout le monde est soulagé que ce cauchemar soit (peut être) fini et ne pense pas que vous ayez encore besoin de soutien pour trouver votre place autre que malade.

Quand nos résultats sont bons, il semble presqu’inconcevable aux yeux des autres, que nous soyons mal ! Attends, t’as combattu la maladie, t’as gagné la bataille, t’as été une warrior, t’es en rémission, tout est ok, tu sais qu’il faut profiter encore plus de la vie alors comment on peut imaginer que tu n’aies pas le moral !

Et là tu te sens bien incomprise, surtout que tu as tellement montré ton envie de vivre, ta positivité, comment tu peux expliquer que tu es pas si bien et que tu aimerais en parler !

Si j’ai le malheur de répondre à une personne qui ne m’a pas vu depuis longtemps et qui sait que je ne suis plus en traitement, que le moral est bof, la réponse est immédiate ; ‘ mais tes résultats sont bons ?’ La base, c’est vrai pour être heureuse !

Puis, on va être honnête tout le monde (à part certaines amies) a envie que ce soit un lointain souvenir et éviter le sujet ! Sauf que pour ma part, c’est l’inverse, quand j’étais dedans je n’avais pas du tout envie d’en parler (à part aux proches et amis) et aujourd’hui j’ai besoin d’évacuer et d’ailleurs ce blog me permet quelque part de le faire même si le but premier est plutôt de donner de l’espoir aux autres qui se battent encore et aussi mes armes naturelles qui m’ont aidé. (cet article n’est pas le meilleur en la matière mais don’t worry, les autres qui suivront oui!)

Du coup, t’oses pas le dire comme si c’était un gros mot ! (sauf à ta psy !)

Une amie très chère qui se reconnaîtra (merci à toi) m’a dit « justement c »est parce que tes résultats sont bons que tu relâches et que tout ressort ! » comme je fus soulagée d’être comprise !

Un peu comme quand vous partez en vacances exténué de votre travail, vous vous relâchez et la fatigue vous tombe encore plus dessus voir vous chopez un microbe !

Je sens une grande fragilité, une humeur à fleur de peau où le moindre incident peut prendre des proportions disproportionnées comme ce fut le cas lors de la proposition de placard de mon supérieur (dixit mon article sur cancer et travail)

Il faut dire que  quand tu rencontres des personnes qui savent qu’à présent tu vas mieux la 1ère question c’est : ‘t’as repris le travail ? »oui parce que la vie c’est çà, à mon âge on est encore active et quelque part reprendre le travail çà peut être une revanche sur la maladie !

Alors, il faut que tu expliques que tu es encore très fatigable , que tu as du mal à récupérer, et là on te réponds « y a le mi temps thérapeutique » çà aide pas vraiment à te sentir mieux même si çà part surement d’une bonne attention !

Je pense qu’on n’imagine pas que notre corps est encore affaibli même si çà ne se voit pas extérieurement. Beaucoup reprenne et finalement s’aperçoive que physiquement il est difficile de tenir le rythme tous les jours. Est ce votre cas peut être ? Encore une fois aucun accompagnement pour une reprise en douceur, c’est bien dommage.

Donc, si la décision médicale est de prolonger c’est qu’on n’est pas encore apte, C’est à double tranchant car au fond, en attendant la reprise, il faut trouver sa place : tu n’es plus malade ! Génial ! Mais tu n’es plus dans la vie active ! Et tu n’as plus les mêmes forces physiques et psychiques qu’avant pour éventuellement t’occuper !

Il y a aussi une autre raison pour laquelle je me mets parfois dans un drôle d’état suite à des événements, des contrariétés : après des années de carcan ‘(oui j’ose le dire) avec les traitements, ses effets secondaires, les opérations, les examens etc, je n’ai envie que d’une chose avoir une vie plus paisible et sereine. Comme tout le monde, vous me direz, mais en fait c’est comme si je n’ai plus la force de vivre encore des moments difficiles parce que j’ai épuisé toutes mes forces pour combattre la maladie. C’est un peu comme les jeux vidéos, on te donne des vies pour combattre les méchants (ici le cancer) et t’as épuisé tes vies GAME OVER ! Ici ce sont tes forces que tu as épuisées !

Alors, je sais mon blog est là pour donner l’espoir plutôt que de dépeindre un état négatif mais il faut aussi témoigner que tout n’est pas non plus rose. C’est rare que je confie mes émotions mais j’aimerais partager cette réalité aussi avec d’autres et aussi peut être pour que les personnes qui nous entourent réalisent que ce n’est pas si simple.

Merci toutefois de m’avoir lu jusqu’ici BRAVO !

Et je vous rassure, détestant me voir ainsi, je prends les choses en main pour ne pas rester dans cet état : la psy bien sur m’y aide mais j’ai pris plein d’autres résolutions qui seront dans mes prochains articles et qui sait donneront peut être des idées à ceux qui passent par ces moments là

Je serai ravie de lire vos témoignages : suis je toute seule dans cet état ? Je ne pense pas car je communique avec certaines de ma page facebook qui témoigne aussi de ce post cancer et vous pouvez lire cet article de Rose magazine qui décrit des témoignages sur ce coup de blues post cancer : trouver sa place, la peur de la récidive, se trouver car on a changé (moi qui était sociable par exemple, j’ai du mal à présent à participer à des repas ou des événements où il y a trop de monde, à discuter avec certaines personnes)

Cet article de rose et le mien permettront aussi de se dire que vous n’êtes pas seule si vous le vivez et que c’est NORMAL !

n’hésitez pas à laisser un commentaire que je lirai avec plaisir

Mes articles du mois de juin en 1 clic !

J’ai pensé à vous  faire un petit résumé des articles que j’ai écrits chaque mois.

Ainsi,  si vous n’avez pas eu le temps de lire ceux qui arrivaient dans votre messagerie. vous  pourrez  cliquer sur ceux qui correspondent à vos critères et envies.  Ce sont des articles pour la plupart qui peuvent intéresser tout le monde !

Il vous suffit de cliquer sur le lien voici ceux du mois de juin 2018 :

 

Pour le gourmands,  mes 4 recettes du mois :

Nouilles chinoises aux légumes et épices

Idée cake sans lait de vache (option sans gluten)

Tagliatelles de courgettes façon carbo (végétalien ou pas) testées et approuvées

Cake poulet coco : un peu d’exotisme pour l’été

 

Pour ceux ou celles qui souhaitent se mettent à la méditation  :

DEFI DE L’ETE : comment méditer 10mn par jour pendant au moins 3 semaines?

LA méditation guidée qui m’a aidée à accepter le cancer et la chimio : la thérapie quantique

 

Mon vécu et mes astuces pour contrer la fatigue (plus spécifiquement due à ceux qui ont eu des traitements et/ou opérations)

MALIGNE CONTRE LA FATIGUE : (2ème partie) Mes 6 activités adaptées en journées ON, oui, y a une vie entre la chimio !

La fatigue, on en parle ?

 

Des articles, lectures ou appli du mois que j’ai aimés

J’ai testé une appli gratuite pour savoir ce qu’on met sur notre corps !

LE guide des soins de support pour les personnes atteintes du cancer

LETTRE A MON CORPS

 

J’espère que cette idée vous plait et vous facilitera la lecture ! Vous me direz ! 

Bon mois de Juillet à tout le monde !

 

 

 

 

La fatigue, on en parle ?

I

Bonjour tout le monde,

Dans mes articles MALIGNE CONTRE LA FATIGUE 1 et 2  je vous ai fait  part de la difficulté à la gérer et à jongler entre les périodes ON et OFF en adaptant mes activités. Je pense que c’est hélas le point commun à tous ceux qui ont eu de la chimio. Autant les effets secondaires sont différents en fonction du protocole, autant la fatigue est présente et grandissante au fil des séances.

C’est une fatigue qui n’est pas comme les autres.

Je souhaite en parler ici, car elle est bien comprise par tous quand on est sous traitement mais beaucoup moins lorsqu’elle perdure longtemps après la fin de celui-ci. Je vous invite à lire cet article qui révèle que parfois 5 ans après les patients se plaignent encore de cette fatigue.

Et finalement elle est encore plus difficile à gérer, car une fois les traitements arrêtés, nous ne sommes plus accompagnés, nous tentons de reprendre une vie « normale » mais nous nous rendons vite compte que le corps a subi , et que nous avons beaucoup de mal à récupérer.

Par ailleurs, les personnes par méconnaissance ne s’imaginent pas que des mois, des années parfois après notre corps meurtri, usé par les traitements a tant de mal à récupérer après une sortie, une activité toute simple.

Des exemples personnels :

J’aime randonner car c’est une activité que je peux faire mais parfois si motivée, je me laisse porter par mon entrain constatant que mes jambes sont assez en forme pour continuer et je me fais piégée : le retour s’avère alors difficile. Vous me direz çà arrive à n’importe qui ! C’est vrai, à la seule différence, que cette fatigue n’est pas musculaire. C’est comme si que mon corps n’avait plus de jus et ne pouvait plus avancer. Le pire étant, que malgré une bonne nuit, le lendemain, les forces ne reviennent pas et c’est là qu’on a vu la différence une fois avec mon mari (pourtant 7 ans de plus que moi) : le soir il était aussi exténué que moi me disant pour me rassurer « moi aussi je suis crevé » sauf que lui au réveil il aurait été en forme pour en faire une nouvelle ! Moi il m’a fallu une journée en mode « canapeland » et une nuit supplémentaire pour récupérer !

Récemment j’ai souhaité profiter de mes amis venus de loin en faisant 2 sorties avec eux. Déjà ils pensaient que j’aurais pu en faire tous les jours. Mais je sais à présent qu’il faut que j’alterne une journée activité et une journée repos complet ! méthode ON/OFF !!!! Malgré cela, j’ai mis une semaine à m’en remettre : pourtant pour mon âge j’ai fait des activités raisonnables : une randonnée et 2 jours après une visite de village et cascade ! Encore une fois, ce n’est pas une question d’âge ils ont 5 ans de plus que moi !

Certains me disent pour me rassurer « mais c’est déjà bien tout ce que tu fais » oui c’est vrai mais ce n’est pas facile à gérer car ma tête est celle d’avant la maladie et le corps celui d’aujourd’hui. Et il est difficile d’accepter qu’un an après les traitements on paye encore et encore !

Ou comme une dame un jour après une journée de formation (reiki dont je vous parlerai dans un autre article) me dit après avoir su mon cas « moi aussi je suis fatiguée après cette journée » A la seule différence c’est qu’elle le matin avait fait un footing,visité une chapelle et le soir elle sortait à un concert. Perso, je n’ai fait que me reposer avant et après la formation et j’étais H.S : vous la voyez du coup là la différence ?

J’ai eu aussi des périodes OFF plus longues 10 mois après où j’étais lasse, les jambes cotonneuses, sans force sans même avoir fait quelque chose de particulier qui aurait pu me fatiguer et cela a duré plus d’un mois. Pour me rassurer encore, on me disait « c’est le changement de temps on est tous fatigués » ou « t’en as peut être fait beaucoup c’est dernier temps, c’est normal ». Peut-être ce sont une partie des raisons de ma fatigue mais pas que ! Il faut rester réaliste : la chimio est certes là pour nous soigner mais on le sait tous c’est un poison qui ravage le corps (avec un effectif de 24, je ne vous fais pas un dessin) ! J’ai eu la chance que pour l’instant elle ne m’a pas tout ravagé grâce mes MES ARMES NATURELLES mais la fatigue est là bien là  ! Mon docteur et ma psy me l’ont confirmé : ils ne me disent pas que c’est simplement « la météo ou autres » mais me confirment que ce sont les conséquences de tous mes antécédents et aussi le contre coup de tout car oui ce mois difficile est en quelque sorte un « cancer blues » !

Parce qu’on est un peu largué, lâché dans la nature, qu’il faut « digérer » tout ce qu’on a subi, essayer de retrouver une place qu’on avait un peu perdue au sein de la famille et la société en quittant le rôle de malade. Se trouver aussi, car on n’a forcément changé physiquement et mentalement. Se construire un avenir malgré la peur de la rechute (à chaque examen), retrouver une vie « normale », une alimentation adaptée parfois….. Alors en plus de la fatigue physique il y a la fatigue psychologique : il ne faut pas croire que dans notre tête tout est fini que comme on m’a dit une fois « ce ne sera qu’un mauvais souvenir ».

Autre fatigue : la difficulté de concentration. Je vous avais parlé de cette dernière dans mes précédents articles notamment pendant ma chimio. Pour suivre un livre, un film, cela devient compliqué. Après un an sans traitement, cette difficulté est persistante et je me suis aperçue qu’elle est un frein pour gérer certaines choses de la vie quotidienne. Cela peut être des tâches très simples comme faire une déclaration d’impôt, monter un dossier administratif, mais aussi organiser des escapades. Moi qui était dans le tourisme et avait l’habitude de préparer des circuits aujourd’hui,comme je fatigue vite cela génère un stress car je n’arrive plus un moment à le faire. Il faut que je prenne le temps.  Tenir une longue conversation ou suivre une explication me demande une concentration trop importante. Je fatigue vite et parfois je perds le fil. Vous me direz c’est l’âge oui (encore que je ne suis pas encore dans le 3ème âge) mais çà m’arrive vraiment fréquemment !

J’essaie depuis le début de ne pas gâcher mes journées ON et de profiter un maximum des moments partagés avec ceux que j’aime, de garder le sourire mais ce n’est pas facile d’exprimer ce qu’on ressent après une telle maladie.

Récemment je suis retournée sur le forum pour donner les bonnes nouvelles et je fus surprise du nombre de personnes qui ont témoigné de cette fatigue ! Certains disaient aussi que l’entourage en voyant l’ « ancien » malade faire à nouveau des activités avoir meilleure mine ne s’imaginait pas une seconde que le soir la personne s’écroulait dans son canapé !

Alors j’ai pris des nouvelles dispositions contre cette fatigue. Oui parce que j’avoue cet article est moins positif que les autres mais il reflète la réalité parfois méconnue que je souhaitais partager.

Je vous ai parlé de celle pendant la chimio dans mes articles « maligne contre la fatigue » 1  et   2 mais aujourd’hui après avoir soufflé ma 1ère bougie d’un an sans traitement, c’est comme une renaissance, j’ai donc décidé de mettre en place de nouvelle armes contre la fatigue : une formation Reiki et suivre les conseils d’une naturopathe

A suivre donc dans mes prochains articles !

J’espère que celui-ci vous a permis pour ceux et celles qui ne sont pas passés par là de mieux comprendre la fatigue de personnes peut être de votre entourage touchées par la maladie. N’hésitez à poser des questions (je ne suis pas experte mais pratiquante de la fatigue !)

D’autres se reconnaitront surement et je serai ravie de lire votre témoignage car chacun a un vécu différent. Avez vous eu cette fatigue qui perdure ? Avez vous réussi à la gérer ? Avez vous des conseils à nous partager ? Avez vous ressenti aussi cette difficulté de se retrouver seul face à elle ? de ne pas toujours être compris ? N’hésitez pas à en parler en commentaires Ici c’est un lieu de partage

 

 

MALIGNE CONTRE LA FATIGUE : (2ème partie) Mes 6 activités adaptées en journées ON, oui, y a une vie entre la chimio !

RANDO

LA FATIGUE, c’est le premier symptôme ou disons effet secondaire auquel j’ai du me résoudre au fil des chimios. Comme je vous en ai parlé dans mon article MALIGNE CONTRE LA FATIGUE : DES IDEES D’ACTIVITES PENDANT LA CHIMIO OU QUAND ON EST ALITE 1ère partie : en mode Journées OFF j’ai du trouver des idées pour occuper en mode off à canapeland !!!

PREMIERE PRISE DE CONSCIENCE : ECOUTER SON NOUVEAU CORPS

Mais dès que je sortais de mon canapé et retrouvais un peu de force, étant sportive il fallait que je m’aère l’esprit et bouge un peu mon corps. Les premiers temps, j’ai eu la chance de pouvoir continuer le fitness. Au début, après la 1ère chimio j’y suis allée 2 jours après, puis à la 2ème 4 jours après ! Mais il ne faut pas se leurrer, le cumul des chimios qui ne s’évacuent pas entre chacune d’elle entraine une fatigue grandissante. J’y allais ensuite une semaine après puis pour finir seulement 2 jours avant la prochaine !

Au début, çà me permettait de me dépenser, car le sport a toujours été thérapeutique pour moi, mais quand la neuropathie est arrivée, mes jambes sont devenues cotonneuses.

Je ne souhaitais pas dire que j’avais un cancer au cours car pour moi c’était un échappatoire et çà me permettait de voir du monde et de parler d’autres choses !

Mais il a bien fallu que je prévienne la prof pour qu’elle ne s’étonne pas de mes faiblesses. Sans rentrer dans les détails, je lui dis que j’avais de lourds traitements (comme si je ne voulais pas l’effrayer avec le mot « chimio).

Puis vers les derniers temps, avec mes yeux de cockers , çà commençait à semer des doutes sur mon état, puis je n’arrivais plus à faire beaucoup d’exercices si bien que ce n’était plus un plaisir mais une frustration. C’était difficile d’accepter que je n’étais plus capable de…

Je pris conscience que mon corps n’était plus le même, qu’il fallait s’y résoudre. Et au lieu de me morfondre, trouver d’autres solutions, des activités adaptées était la meilleure solution : J’utilise ce terme « adapté » comme dans la chanson que j’adore de GRAND CORPS MALADE « espoir adapté ». Certes, je ne suis pas handicapée mais ce message est plein d’espoir quand notre vie bascule et je vous invite à voir son premier film « PATIENTS » qui n’a rien de pathos

 

PREMIERE ACTIVITE ADAPTEE : LA RANDONNEE

randonnée

Heureusement, j’avais une autre corde à mon arc : la randonnée ! Je me suis dit que finalement, nous vivions dans une magnifique région, je dirai même le paradis et que ce serait l’occasion de découvrir ses merveilles.

POINTS POSITIFS :

  • je pouvais faire mes recherches de rando de mon canapé en mode journée off et commencer à y rêver : car oui un des points qui m’a permis de garder le moral est de faire des mini projets pour la semaine suivante : en rêvant aux jours meilleurs
  • je partage ce moment avec mon mari
  • je suis dans la nature qui me permet de me ressourcer
  • Je marche à mon rythme
  • je fais de jolies photos
  • et chouette ! plus tard çà m’a permis de créer mon nouveau blog avec un chapitre rando que je vous propose de découvrir  : RANDONNEES DANS MA REGION : PACA

 

DEUXIEME ACTIVITE ADAPTEE : LES SORTIES

thé

Alors, n’allez pas penser que je faisais des sorties nocturnes de folie, mais des sorties toutes simples mais qu’on sait apprécier quand on a été alitée longtemps :

  • sortie cinéma : je privilégiais les films comiques car c’est bon pour mon moral !
  • sortie balade entre copines : dans la collines, en bord de mer à contempler la grande bleue ! oui j’ai la chance d’habiter près d’elle j’avoue
  • sortie tea time toujours avec les amis à refaire le monde dans un salon de thé
  • sortie théâtre : nous avons la chance d’avoir dans certaines communes de pièces gratuites ou peu chères : encore une fois, mon choix se tournait vers les pièces drôles !

DEUXIEME PRISE DE CONSCIENCE : TU NE FERAS PLUS LES MEMES SPORTS QU AVANT

Mon 2ème protocole a été bien plus violent et là je pouvais mettre une croix sur le fitness définitivement (du moins pendant longtemps, je ne le pratique toujours plus) n’ayant plus assez de force et de résistance pour tenir un cours !

Bye-bye aussi la zumba  que j’aimais bien pratiquer de temps en temps.

Et évidemment la lobectomie n’a pas arrangé à mes affaires ! Avec un lobe en moins, la capacité respiratoire est diminuée : donc bye-bye salsa et le ski que j’adore !

Il a donc fallu me résoudre à trouver des activités adaptées :

3EME ACTIVITE   ADAPTEE : LE QI GONG 

qi-gong-caty-700x460

L’avantage c’est que l’on peut faire certains enchainements assis ce qui m’a permis de continuer entre les chimios. Ma prof s’adaptant à mon rythme. Si vous souhaitez relire les bienfaits de cette gymnastique douce, je vous invite à revoir MALIGNE CONTRE LE STRESS Qi gong, méditation, sophrologie : 3 activités testées et approuvées (ou presque)

4EME ACTIVITE ADAPTEE  : VISITER LES VILLAGES DE MA REGION 

gassin

Mêmes avantages que la rando ! et il y  en a plein que je n’ai pas encore visités ! Je suis fan des villages perchés et même si çà me demande un peu d’effort pour les visiter (forcément qui dit « perchés » dit « en pente », je prends plaisir à les découvrir et aussi à les faire partager sur mon blog VILLAGES PERCHES Et pour récupérer en capacité respiratoire, il est bon de faire travailler son poumon ! Joignons donc l’utile à l’agréable !

5EME ACTIVITE ADAPTEE  : FAIRE DE LA PHOTO 

faire photo

En visitant, en randonnant, la photo permet d’être plus attentive à la nature, aux détails, plus contemplative, et de partager nos souvenirs ! Et comme çà , pendant les journées OFF , çà fait une activité : les télécharger, les classer, les commenter et pourquoi faire un album et/ou un blog !

6EME ACTIVITE ADAPTEE : PRENDRE SOIN DE SOI

massage

  • se faire faire un massage (1ère idée cadeau )
  • une thalasso (2ème idée cadeau)
  • Du do-in : c’est de l’auto-massage (si vous n’avez pas les moyens pour faire le 1 et le 2 ou qu’on ne vous a pas fait de carte cadeau !) mais je vous en parlerai dans un autre article peut être avec une petite démo !
  • un petit restau en amoureux

Voilà mes idées ou du moins celles qui m’ont permis de tenir moralement et de garder un minimum d’activités et de vie ! car oui il y a UNE vie entre les chimios !

J’espère que çà pourra vous aider et si vous avez des idées n’hésitez pas à nous les partager !

 

 

 

 

MALIGNE CONTRE LA FATIGUE : DES IDEES D’ACTIVITES PENDANT LA CHIMIO OU QUAND ON EST ALITE 1ère partie : en mode Journées OFF

canape

LA FATIGUE

La fatigue, THE effet secondaire de la chimio ! A part les chanceux, je vais être franche on n’y échappe pas et souvent elle s’amplifie au fil des séances nous mettant parfois K.O.

Et le pire c’est qu’elle perdure des mois, des années après la fin des traitements.

Ce n’est pas une fatigue comme celle que vous avez après une dure journée de travail ou un marathon, ou une journée stressante NON ! Vous êtes fatigués sans même avoir rien fait de la journée, vous avez les jambes parfois en coton et surtout beaucoup de mal à récupérer au moindre effort.

Vous allez me dire, pour ceux qui ont lu mes précédents articles : « Muriel, stop là tu es bien négative où sont passés ton humour, ton autodérision ? » Non, je ne suis pas négative mais réaliste et ne vous inquiétez pas dans cet article je vous parlerai des activités que j’ai pu faire malgré la fatigue mais je ne manquerai d’amener un ton d’humour comme j’aime le pratiquer !

La fatigue donc vient s’installer dès les premières heures de chimio (peut-être pour certains après plusieurs séances) et reste quelques jours avec vous et là vous vous voyez bien qu’il y a beaucoup de choses que vous ne pouvez plus faire :

  • Les tâches ménagères : passer l’aspirateur, faire les vitres, les courses ! youpi on délègue !!!! (pour info on peut avoir droit à une aide ménagère avec la mutuelle, moi j’ai eu droit à royalement 1H30 par MOIS !! oui par MOIS NO COMMENT! )
  • Faire 2 choses à la fois : alors si vous êtes un homme, çà ne vous changera pas ! Aïe là je me suis fait des amis ! Je vous avais prévenu l’humour toujours ! Mais moi, perso comme pas mal de maman, j’avais l’habitude de pouvoir en même temps : suivre une conversation, faire à manger et faire réciter mon fils ses devoirs si, si ! Alors là fini ! UNE CHOSE APRES L’AUTRE!

En fait la concentration se relâche et donc j’avais et j’ai encore beaucoup de mal à  :

  • Lire un thriller sans m’emmêler les pinceaux avec les personnages ! Récemment, j’ai voulu lire un Marc Lévy il y avait 3 périodes et plein d’énigmes : il fallait que je relise plusieurs fois la page pour suivre et même à la fin quand j’ai su la chute de l’histoire, impossible de me rappeler qui est qui ? oui, je n’ai pas honte de le dire !
  • suivre un film type aussi thriller (oui j’adore les thrillers) ou policiers trop compliqués !

Bref tout çà pour vous dire que certaines activités qu’on pourrait faire même allongé peuvent parfois se révéler compliquées !

Deux expressions me sont venues depuis ce temps :

-Ces journées où j’avais aucun jus, je les ai appelées les journées OFF et celles où j’allais mieux les journées ON (en vérité, c’est un dame qui parlait de son mari ainsi dans un forum).

-Puis, un mot que toutes mes amies connaissent et même mon tactile l’a enregistré dans ses mots intuitifs, c’est CANAPELAND ! Quand on me prenait des nouvelles je répondais : « je suis à CANAPELAND » bientôt dans le dico !!! Oui parce que mon canapé était devenu mon meilleur ami, il a même pris ma forme !

Dans cet article, je vous parlerai donc de mes journées OFF à CANAPELAND ! Dans un second ce sera mes journées ON

ACTIVITES ADAPTEES EN JOURNEE OFF A CANAPELAND

Vous l’aurez compris au fil des séances chimio, j’ai passé beaucoup de temps sur mon canapé donc les journées étaient bien longues. Il fallait bien sur que je me repose mais aussi que je trouve des occupations pour ne pas cogiter. En fait, il y a plein de solutions mais pour ma part n’étant pas manuelle du tout, çà limitait les choix :

Sur le forum, on m’a donné pas mal de conseils que je vous fais part car ils peuvent vous inspirer mais perso ce ne sont pas mes passe temps favoris :

  • le tricot, la couture, le point de croix ….je déteste mais çà peut être une bonne idée pour celles qui savent
  • regarder des séries, des films, des reportages, des émissions : hélas je ne suis pas très télévision, ni film un par jour çà me suffit
  • dessiner : alors là je me suis lancée : j’ai une amie qui m’a prêté des livres pour apprendre à dessiner. J’étais fière de mes dessins ….à moitié réussis! Je vous l’ai dit je ne suis pas manuelle!
  • colorier des mandalas : vous savez ces dessins asiatiques qui vous détendent il y en a plein à télécharger à imprimer sur le net ou même dans le commerce çà ne coûte pas bien cher un petit carnet : çà m’a bien occupé mais pas trop longtemps. Donc vous pouvez investir dans des crayons de couleurs çà vous rappellera votre enfance, ou les emprunter à votre fils ou fille !
  • faire des mots croisés, fléchés ou sudoku
  • méditer : j’ai déjà fait un article sur le sujet : difficile au début !
  • écrire un journal intime ! Bon c’est peut être pas le bon terme car il ne sera pas fleur bleu comme quand vous étiez ado mais çà permet d’évacuer nos émotions, nos colères, nos joies, nos peines pour pourquoi pas écrire un livre plus tard comme certains l’ont fait ou comme moi un blog !!!!

J’ai donc du trouver des activités adaptées à ma fatigue et mes envies !

MES LECTURES  :

La problème de concentration m’empêchant de lire des thrillers j’ai du revoir à la baisse mes niveaux de lectures ! Non je n’ai pas lu les oui-oui de mon fils petit il ne faut pas exagérer mais j’ai pris à la bibliothèque des livres plus faciles à lire et je vais l’avouer je n’en ai pas trouvé beaucoup qui me correspondaient ! Je me suis donc contentée de lire des magazines qui finalement nous apprennent plein de choses sur tout : santé, sites  à visiter, droit etc. Au moins, c’est court et çà ne fatigue pas !

MES VIDEOS :

EXIT donc les thrillers et autres films policiers ! Je me suis contentée de regarder des films comiques d’abord c’est bon pour le moral et on ne se prend pas la tête ! et aussi comme j’avais vraiment besoin de rigolothérapie, j’ai fait toute la série « CONNASSE » vous connaissez ? Alors il faut aimer son humour mais moi le politiquement incorrect j’adore ! celui que je préfère c’est celle au yoga ! LE COURS DE YOGA CONNASSE  ou celle de Cyprien je vous laisse le choix! Encore une fois court et efficace ! Après on n’aime ou on n’aime pas!

AUTRES ISSUES DE SECOURS :

  • Papoter avec mes amis par Messenger ou texto ! oui je suis une fille !
  • inviter ses mêmes amies à boire un thé et refaire le monde
  • regarder des articles sur le net
  • écrire un blog ! Merci ma chère amie qui se reconnaitra , de m’avoir donner l’idée de mon blog voyage http://lablogtrotteuse.over-blog.com/  oui je fais ma pub !!! Mais au moins çà vous fera voyager et découvrir ma région aussi ! et çà peut être du coup une bonne occupation ! Pour moi, çà m’a permis de me rappeler de bons souvenirs et de les partager : un ordi, des photos, un canapé et c’est parti !
  • faire une liste de projets : là vous allez me dire « comment peut on faire des projets quand on a un cancer, que notre vie est ponctuée de rdv, de traitements, d’examens d’opérations et que notre avenir est incertain?  » Je vous donnerai dans un autre article les conseils de mon psy ! En attendant, notez les mini-projets à court terme pour vos prochaines journées ON : un restau, aller boire un thé ou café au salon de thé avec un ami, une petite balade dans la nature : çà vous aidera à supporter les moments off en rêvant de ce que vous allez faire dans quelques jours !

Voila je vous invite également à lire l’article de Sophie 10 idées pour s’occuper quand on est cloué au lit qui donne pas mal d’idées !

Et vous quelles sont vos occupations ? Donnez nous des idées en commentaires !

RDV également dans mon article MALIGNE CONTRE LA FATIGUE : y a une vie entre la chimio ! : 2ème partie activités adaptées en journées ON qui a pour but de redonner espoir aux personnes qui comme moi au début se sentais plus qu’une malade car il y a UNE vie entre les chimios !